Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 octobre 2021 2 12 /10 /octobre /2021 18:05

 

 le bétail est là parqué en ligne, le lien autour du cou, les veaux au pied de leurs mères, les génisses à part ainsi que les chevaux.

 

On dit que c'est à la fin de la foire que l'on compte les bouses.

 

Il en est une autre foire, celle d'empoigne où là les bouses peuvent déjà se compter. Celle du maquignon en blouse le bâton à la main tâtant les croupes et pinçant les flancs pour juger de l'état d'engraissement  avant d'offrir un bon prix, le sien, jamais celui de l'éleveur s'attendant à mieux. Discussion à n'en plus finir  ponctuée de faux départs, de  coups de gueule , de gémissements avant que l'affaire finisse par être conclue. Un cirque où finalement on se fait toujours avoir et moi surtout ayant une sainte horreur des marchandages.

 

La politique c'est aussi ça. Des tractations de négociants d'idées dans notre dos palpant le pouls de la population alors que nous sommes alignés comme à la  parade la tête dans l'auge, le pass sanitaire accroché au dessus  et le cul tourné au vent

 

Et on en apprend de belles en ce moment. Trahisons et arrangements  et bruits de couloirs se succédant .

 

Bayrou en arrivant à presque se foutre sur la gueule avec Richard Ferrand ( Pas  le maréchal, l'autre, président de l'Assemble nationale) pour des fauteuils, des circonscriptions à se partager avec des négociations d'arrière salle de café : "tu me laisses 144 circonscriptions contre un soutien macronien indéfectible! " pas plus de 16 dit l'autre.."Quoi seulement seize hurle le premier.. Bon d'accord 16 mais en retour tu me ristournes les autres! "ok d'accord on fait comme ça".. allez top là ! marché conclu !..

 

Et vous ? et bien vous êtes encore là à ruminer le masque à la con sur la figure avec votre pass sanitaire à la noix à attendre avec vos 2 puis 3 doses dans le cul ( pardon, dans le bras  mais vous l'avez finalement dans le cul ) la fin de la foire.

 

Et maintenant nos deux lascars se rabibochent comme des larrons en foire .Pourquoi ils se gêneraient puisque nous sommes du bétail pour eux ?

Partager cet article
Repost0

commentaires